Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grenoble Photo

Grenoble Photo

Passionné de photographie et de l'histoire de Grenoble et du Dauphiné, j'espère à travers ce blog pouvoir vous faire partager mes passions.


Notre-Dame de la Salette

Publié par Nicolas Soubeyrand sur 10 Juin 2012, 18:07pm

Catégories : #Patrimoine

Aux confins du département de l'Isère et en lisière du Parc National des Écrins, se dresse le sanctuaire de la Salette sur le site où les apparitions auraient eu lieu. 

Sanctuaire de Notre-Dame de la Salette

 

Le récit de l'apparition de la Vierge Marie aux enfants (la relation Pra):

Le 19 septembre 1846, Mélanie Calvat et Maximin Giraud, respectivement âgés de 15 et 11 ans, surveillaient leur troupeau lorsqu'ils firent une troublante rencontre. Mélanie aperçue la première un globe de feu, tourbillonnant et s'agrandissant. Bientôt, à l'intérieur, les deux enfants distinguèrent une "belle dame" assise et en larmes. Elle s'exprima tout d'abord en français leur déclarant: "Avancez mes enfants, n'ayez pas peur ; je suis ici pour vous conter une grande nouvelle". Constatant que les enfants ne la comprenaient pas, elle leur délivra ensuite un message en patois: "Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis plus le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres! Si je veux que mon fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Et pour vous autres, vous n'en faites pas cas. Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j'ai pris pour vous. Je vous ai donné 6 jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l'accorder. C'est ça qui appesantit tant le bras de mon fils. Et aussi ceux qui mènent les charrettes ne savent pas jurer sans mettre le nom de mon fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent le bras de mon fils."

Elle évoqua ensuite les récoltes: "Si la récolte se gâte, ce n'est rien qu'à cause de vous autres. Je vous l'ai fait voir l'année dernière par la récolte de pommes de terre: vous n'en avez pas fait cas. Au contraire quand vous en trouviez de gâtées, vous juriez, vous mettiez le nom de mon fils au milieu. Elles vont continuer de pourrir et cette année, pour Noël, il n'y en aura plus. Si vous avez du blé, il ne faut pas le semer. Tout ce que vous sèmerez, les bêtes le mangeront et ce qui viendra tombera en poussière quand vous le battrez. Il viendra une grande famine. Avant que la famine vienne, les petits enfants en dessous de sept ans prendront un tremblement et mourront entre les bras des personnes qui les tiendront. Les autres feront pénitence par la famine. Les noix deviendront mauvaises, les raisins pourriront. 

Puis, la "belle dame" révéla à chacun des enfants un secret en français. Des secrets dont seul l'évêque de Grenoble Philippe de Bruillard pu obtenir le contenu. Puis, il les transmis au pape Pie IX par l'intermédiaire de l'abbé Jean-Baptiste Gérin. 

Le message donné par la "belle dame" ne s'arrêtait pas là. Elle leur déclara ensuite: "S'ils se convertissent les pierres et les rochers seront changés en monceaux de blé, et les pommes de terre se trouveront ensemencées par les terres." Elle leur demanda ensuite s'ils faisaient bien leurs prières, ce à quoi ils répondirent par la négative, elle leur dit donc: "Ah mes enfants, il faut bien la faire, soir et matin, ne diriez-vous seulement qu'un Notre Père et un Je vous salue Marie. Il faut prier davantage. L'été, il ne va que quelques femmes, un peu âgées, à la messe. Les autres travaillent le dimanche tout l'été. Et l'hiver, quand ils ne savent que faire, il ne vont à la messe que pour se moquer de la religion. Le Carême, ils vont à la boucherie comme des chiens. N'avez-vous jamais vu du blé gâté, mes enfants?" Les enfants lui répondirent à nouveau négativement, elle s'adressa alors à Maximin: "Mais toi, mon enfant, tu dois bien en avoir vu une fois, vers la terre du coin. Le maître du champ dit à ton père: "venez voir comme mon blé se gâte." Vous y êtes allés, tous les deux. Ton père prit deux ou trois épis de blé dans sa main, les froissa et tout tomba en poussière. Puis quand vous reveniez, et n'étiez plus qu'à une demi-heure de Corps, ton père te donna un morceau de pain en te disant: "Tiens mon enfant, mange encore du pain cette année. Car je ne sais pas qui en mangera l'an qui vient, si le blé continue comme ça." Maximin répondit: "C'est bien vrai, madame, je ne m'en rappelais pas tout à l'heure." Enfin elle conclut en français en leur déclarant: "Eh bien, mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple. Allons, mes enfants, faites-le bien passer à tout mon peuple."

Ce récit fut le fruit d'une collaboration entre Baptiste Pra, maître de Mélanie, Pierre Selme, maître de Maximin et Jean Moussier le dimanche 20 septembre 1846, en l'absence de Maximin, mais en présence de Mélanie.

Sanctuaire de Notre-Dame de la Salette

 

La reconnaissance ecclésiale et le début du pélerinage:

Les enfants ignoraient que la dame en question aurait été la Vierge Marie, ce sont les adultes à qui ils racontèrent leur rencontre qui le leur apprirent.

Mgr de Bruillard confia à une commission canonique le soin d'examiner l'évènement. Celle-ci conclut à la véracité des propos des enfants. De plus, plusieurs guérisons miraculeuses eurent lieu sur la montagne de la Salette, amplifiant les pèlerinages. 

Cependant notons une forte suspicion dans l'opinion publique ainsi que dans certaines sphères religieuses (affaire de la Merlière, incident d'Ars,...). Néanmoins, l'évêque de Grenoble autorisa le culte dès le 19 septembre 1851 et ouvrit une souscription afin d'édifier une basilique et un hospice. 

Le 25 mai 1852, la première pierre d'une église fut posée et depuis le sanctuaire est devenu un lieu incontournable pour de nombreux pèlerins. 

Sanctuaire de Notre-Dame de la Salette

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents